Journal d'un caféïnomane insomniaque
lundi janvier 22nd 2018

Insider

Archives

Debout, la Légion ! – Cdt Charles Hora

Récit d’une vie mouvementée, Debout, la Légion ! se veut aussi un hommage au corps le plus célèbre de l’armée française et une défense de son honneur malmené en ces années 1960-1970. Charles Hora raconte sa Légion, la Légion, à l’encontre des clichés du légionnaire brute épaisse et fasciste, forcément fasciste. Une certaine douceur, tendresse même parfois, émane de ces lignes.

cdt Charles Hora    Karel Hora est né à Yokohama, au Japon, d’un père tchèque de nationalité austro-hongroise et d’une mère japonaise. Gosse turbulent, il écume les établissements scolaires. Inscrit à l’université pour des études diplomatiques qui ne l’intéresse guère, il les abandonne après son service militaire et un vol de bijou. Fugue à Nice où il est rattrapé par son père qui lui file une baffe, un dico d’espagnol et quelques dollars, puis le met dans un bateau à destination de l’Équateur. La deuxième vie d’Hora commence en Amérique du Sud, où il se mariera une première fois et aura sa fille.

Revenu en Europe pour faire du commerce, Hora s’engage en 1939 dans la Légion étrangère. Il y aura un parcours à la fois héroïque et rebelle. Au sein du prestigieux corps, il servira dans la Campagne de France en 1940, y perdra quelques doigts, gagnera après la défaite l’Angleterre par l’Espagne, sera FFL, résistant, servira en Corée, en Indochine et terminera son engagement en Algérie, y sera naturalisé Français par le sang versé, et où, en désaccord avec la politique du Général de Gaulle, il démissionnera non sans quelques remous de la Légion et réintègrera la vie civile. Hora est décédé à Ajaccio à la fin des années 2000.

Le récit de la vie de ce légionnaire se lit comme un trépidant roman d’aventures.debout légion Sans être un politique, Hora donne à réfléchir sur le traitement réservé par la France, sa classe politique et ses médias à certaines composantes de la population : le cynisme qui en ressort fait froid dans le dos. Et ce sont les civils qui auront payé le prix fort. Ce dont Hélie Denoix de Saint-Marc a témoigné d’une manière si poignante ! Hora quitte la Légion étrangère avec les honneurs et en ayant été fidèle jusqu’au bout à l’honneur, contre les vents de l’autorité militaire gaulliste et les marées hostiles des civils métropolitains : Croix de Guerre 39-45 avec 7 citations, dont 3 palmes ; Croix de Guerre TOE avec 5 citations, dont 1 palme, Médaille commémorative de Corée, Chung Mou coréen, Silver Star américaine ; (en Algérie) Croix de la Valeur Militaire, 2 citations ; et son pays d’origine l’a décoré de la Croix de Guerre tchécoslovaque, de la Croix d’Héroïsme et de la Médaille du Mérite.

Honneur et fidélité, telles sont les valeurs érigées au rang de vertus par Hora et mis en oeuvre réellement par son engagement au sein de ce qui reste aujourd’hui encore le plus beau et le plus efficace vecteur d’intégration, la Légion étrangère.

Legio Patria Nostra.

Philippe Rubempré

Cdt Charles Hora, Debout, la Légion !, recueilli par Paul Vincent, Éditions de la Pensée Moderne, 1971, 285 pages, prix selon bouquiniste.