Journal d'un caféïnomane insomniaque
mercredi décembre 12th 2018

Insider

Archives

Captives de l’île aux pirates – Nicolas Van De Walle

captives pirates    La rivalité entre la duchesse Von Dominax (sic !) et la princesse Irina se disputant le pouvoir sur la Boundarie (re-sic !) sert de prétexte à cette aventure bondage. Une fantaisie en noir et blanc, scénarisée et dessinée par Nicolas Van De Walle, qui fleure bon les vieux films de pirates, le Technicolor en moins, le bondage en plus.

Si le bondage – l’art d’attacher, très érotique – est à l’honneur, il ne s’agit toutefois pas d’une bande-dessinée pornographique. Nul mâle à l’horizon, et si de temps à autre un sein ou une chatte pointent le bout de leur nez entre deux cordes, cela reste bien innocent. Un peu de poésie érotique au sein d’une lutte de pouvoir avec son lot d’espionnes machiavéliques et envoûtantes, une lutte pleine d’humour et de rebondissements dont le scénario n’est pas sans rappeler, dans son échafaudage, les grands classiques de la bande-dessinée d’aventures des glorieuses années 1950 (et un peu 1960) mâtinés de John Willie, parsemées de Gwendoline.

Bref, Captives de l’île aux pirates est un divertissement charmant, coquin et attachant (je sais, elle est facile, celle-là !), sans une once de vulgarité. À ne pas mettre pour autant entre de trop jeunes mains.

Philippe Rubempré

Nicolas Van De Walle, Captives de l’île aux pirates, Éditions Point Image – JVDH, 2007, 80 pages, prix selon bouquiniste.