Journal d'un caféïnomane insomniaque
jeudi août 16th 2018

Insider

Archives

Baden-Powell – Philippe Maxence

BP    Il faut saluer ici le merveilleux travail de Philippe Maxence : sa biographie de Baden-Powell incarne le fondateur du scoutisme avec brio, lui rendant un hommage vierge de toute forme d’obséquiosité ou de flagornerie. C’est un Baden-Powell vivant qui se dévoile sous la plume de l’écrivain.

Maxence retrace le parcours singulier du chef de tous les scouts, un parcours forgé par un contexte familial aimant mais complexe, marqué par les décès, notamment ceux du frère préféré de Robert Stephenson Smyth Baden-Powell, Auguste, et de son père, alors qu’il n’était âgé que de trois ans. Henriette-Grâce, sa mère, aura une influence déterminante sur BP, et ce jusqu’à sa mort. Les études ne sont pas le fort du jeune Robert, mais au collège de Charterhouse, il croise un maître, Haig-Brown, qui devient son ami, lui qui a compris qu’un enfant ne se résume pas à un carnet de notes.

Maxence revient ensuite longuement sur la carrière militaire de Baden-Powell, si déterminante dans la création future du scoutisme. De l’Inde à l’Afrique du Sud en passant par Malte, tout un pan de l’histoire de l’Empire britannique défile au gré des affectations et des guerres de Baden-Powell, où il déploie ses talents de comédien, chanteur, musicien, où sa ruse, son sens de l’observation et de la dissimulation seront de précieux compagnons.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la création du scoutisme, à ses débuts en fanfare qui deviennent rapidement erratiques, ses difficultés, ses querelles, ses succès, ses joies et ses amitiés indéfectibles, son extraordinaire développement à l’échelle de la planète. Philippe Maxence n’élude aucune question : des influences aux dissidences, des maladresses aux prouesses, c’est l’oeuvre d’une vie qui s’écrit, intrinsèquement mêlée à celle de la famille de Baden-Powell et à sa carrière militaire.

Il faut remarquer la richesse de la bibliographie et des annexes proposées, entre cartes, articles, biographies… Philippe Maxence enrichit sa biographie utilement, et les annexes seront lues avec profit… et j’ajoute plaisir.

Cette biographie tient à la fois du livre d’histoire, du roman d’aventures et du récit initiatique. Elle se lit d’ailleurs comme le meilleur des polars, et est composée par une plume agile, fluide et exigeante, Maxence faisant montre d’un réel talent pour la narration. Mais c’est surtout le portrait d’un homme avec ses forces et ses faiblesses, ses influences (Kipling, Conan Doyle…), ses admirations (John Dunn…), ses amitiés (Winston Churchill, Frederick Russell Burnham, McLaren…), qui a su se dépasser pour le plus honorable des services, essayer de rendre le monde un peu meilleur, en donnant de l’espoir et en montrant, par l’exemple de sa vie, que chacun d’entre nous peut y apporter sa pierre, aussi modeste soit-elle.

Philippe Rubempré

Philippe Maxence, Baden-Powell, Tempus, 2016, 500 pages.