Journal d'un caféïnomane insomniaque
vendredi septembre 21st 2018

Insider

Archives

L’Aventurier – Philippe Esnos

    Il pourrait être un héros à la Lautner ou à la Verneuil, dialogué par Audiard, en moins argotique. C’est brut de décoffrage que Philippe Esnos se livre dans L’Aventurier, publié chez Alphée. Une vie qui n’est pas sans rappeler les aventures du commandant Robert Morane, dit Bob, héros vernesque chanté en leur temps par des pré-ados à synthés et cheveux en pétard.

Philippe Esnos se définit avant tout comme un aventurier, et pour lui, l’aventure, c’est l’inconnu. C’est un voyageur, « bien que là où il n’est pas ! ». Les titres de ses précédents ouvrages, notamment chez le même éditeur, Chasseur de trésors ; l’or des Incas en 2008, et Chasseur d’épaves, l’or des galions en 2009, sont là pour en attester. À nos yeux, Philippe Esnos est certes un Aventurier, c’est aussi un écrivain, c’est-à-dire un auteur doué d’un style et d’un propos singulier, mais il est surtout un homme libre. C’est un insoumis au sens où, pour reprendre les mots de Dominique Venner, il est « à lui même sa propre norme par fidélité à une norme supérieure », parce qu’il veille « à ne jamais guérir de sa jeunesse » et qu’il préfère « se mettre le monde à dos que se mettre à plat ventre. » Raison suffisante s’il en est, dans ce monde de startupers et de ventres mous globalisés, pour découvrir le parcours de ce type commun hors du commun.

« Tout confort se paie. La condition d’animal domestique entraine celle d’animal de boucherie » écrivait Ernst Jünger. Esnos aurait pu en faire une devise. Élevé à Casablanca, cancre et marin accomplis, c’est au hasard d’un doigt jeté sur une carte que Philippe Esnos embarque direction le Klondike (Canada) avec escale forcée à New-York pour gagner de quoi terminer le voyage. Cette première expérience en annonce de nombreuses autres, l’argent gagné ne servant qu’à réinvestir une nouvelle aventure au gré des métiers exercés, des rencontres plus ou moins avouables, des amitiés, des agapes régénératrices (n’en déplaise aux Diafoirus médiatiques subventionnés par l’État et biberonnés par les labos) et de ses rêves d’enfant. Du Maroc à l’Amérique du Sud en passant par les Antilles et la Méditerranée, la vie d’Esnos vibre au fil des pages dans un style vivifiant et empreint de la pragmatique sagesse du baroudeur à qui on ne la fait pas (sans leçons de morale de surcroit, ce qui ne gâche rien, bien au contraire !).

Philippe Esnos, Aventurier, homme libre et écrivain à découvrir si vous préférez la vie à l’existence ! Concluons cette chronique en citant notre homme :

« La culpabilisation permanente, associée à l’hyper-sécurisation puérile sans vergogne déshonore notre société, voire nos civilisations.

Alors, je leur réponds quoi à tous ceux qui m’écrivent pour me demander ce qu’ils doivent faire pour mener une vie rugissante ?

Quand on est élevé dans une société où l’on vous encourage à être un consommateur « mature et raisonné », où, en 2011, les cheminots touchent toujours la prime de charbon, un demi-siècle après la disparition de la dernière locomotive à vapeur, où l’on t’explique qu’il ne faut pas conduire plus de deux heures de suite et qu’il faut boire quand il fait chaud, tu pars avec un sacré handicap ! Sans parler que dès l’adolescence, tout un tas de loosers t’expliquent que tu vas droit au chômage et que tu n’es pas sûr qu’on pourra payer ta retraite. Ça ne donne pas envie d’attaquer ton existence d’adulte la fleur au fusil. À force d’être matraqué par tout ce verbiage de gens qui n’ont jamais rien vécu sinon par procuration, on fait une génération de morts-nés, juste bons pour défiler entre Nation et République ou faire des militants sans frontière. Pauvre France ! »

Ce constat, que nous partageons amplement, offre matière à réflexion sur nos vies aseptisées de consommateurs décérébrés au profit du Saint-Fric globalisé. Philippe Esnos nous redonne le goût de l’Aventure, l’envie de renverser la table et de VIVRE enfin, pour ne plus être obligé d’exister.

 

Philippe Rubempré

Philippe Esnos, L’Aventurier, Éditions Alphée, 2011, 330 pages.

Leave a Reply