Journal d'un caféïnomane insomniaque
lundi mai 27th 2024

Insider

Archives

Éducation minimum – Florac / Saint Céran

Le titre de ce manuel de savoir-vivre 2.0 provient d’une réplique culte, empruntée à un film non moins culte, le décalissime Dikkenek, du belge, of course ! Claudy Faucan, M. Faucan plus exactement, directeur des abattoirs d’Anderlecht et photographe de charme amateur à ses heures perdues, intime dans un estaminet l’ordre à une cassosse obèse de manger ses chips avec la bouche fermée, ayant l’impression de se trouver à côté d’un camion poubelle qui travaille.

C’est donc à la jeune génération – à laquelle je n’appartiens plus depuis quelques hivers déjà – qu’Arnaud Florac et Romée de Saint Céran, respectivement auteur et dessinateur, s’adressent plus particulièrement. Même si, j’en suis et le témoin, et la preuve vivante, les tempes argentées ne constituent pas de contre-indication infranchissable à cette saine lecture. Ils s’adressent à cette génération perdue, élevée dans les fautes d’orthographe et la télé-réalité, cette déchetterie humanoïde ; génération sans culture G, inutile et discriminatoire ; génération sans histoire, coupable, forcément coupable ; génération en quête de repères (on le serait à moins), lâchée par la République, les boomers, l’Éducation nationale, les « chances pour la France » (selon l’expression d’un ancien ministre socialiste), la Gôche moralinisante et la pseudo-droite « ultra-libérale » (guillemets de rigueur tant ces coquins « ultra-libéraux » subventionnent les entreprises de leurs copains).

Objectif revendiqué des auteurs : offrir, en une cinquantaine d’entrées, des clés et des repères solides, bref, une Éducation minimum, pour poser des bases saines et construire sa vie. D’où la jeunesse du public cible, lequel lira avec profit et en complément À la jeunesse, recueil de discours adressés aux jeunes par diverses personnalités allant du maréchal de Lattre de Tassigny à Barack Obama, préfacés par François-Xavier Bellamy (avant qu’il ne se compromette en politicaillerie), publiés chez Librio pour une somme modique et dont j’ai jacté ici.

Le résultat est très chouette : des chapitres courts, bien écrits, avec ce qu’il faut d’érudition sans repoussante pédanterie, des fenêtres, des pistes, des suggestions à chaque page, tout en proposant de solides références. Ainsi, pour ce qui concerne mon domaine de prédilection, les livres, nous retrouvons (liste non-exhaustive, cela va de soi) les duettistes Jean Raspail et Vladimir Volkoff, le très lourd Alexandre Dumas ou encore le stimulant Dominique Venner, par-delà les polémiques vaines. Florac et Saint Céran abordent aussi le cinéma, la musique, l’histoire, la religion, la géographie, la mode, etc.

Un véritable manuel de savoir-vivre pour émerger à la fin de l’adolescence et prendre son envol dans la vie adulte depuis une solide aire d’aigle royal, forcément…

Philippe Rubempré

Arnaud Florac (textes) Romée de Saint Céran (dessins), Éducation minimum, Magnus, 2023, 256p.

Leave a Reply