Journal d'un caféïnomane insomniaque
dimanche février 25th 2024

Insider

Archives

Introït

On n’écrit pas parce qu’on a quelque chose à dire mais parce qu’on a envie de dire quelque chose.

E.M. Cioran, Ébauches de vertige, 1979.

 

Ab hinc… 366

« À une ou deux exceptions près, le ricanement, la gouaille et le scandale forment le fond de notre presse. À la place des directeurs de journaux, je ne m’en féliciterais pas. Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude [Je souligne]. » – Albert Camus

Programme politique d’une génération dans l’orage – Academia Christiana

L’association Academia Christiana, créée en 2013, fut révélée au grand public fin 2023, après qu’un ministre de l’Intérieur eut décrété vouloir la dissoudre pour appartenance à l’ultra-droite ; on connait la chanson. Assurément il s’agit d’un mouvement catholique défendant, horresco referens, une certaine identité française, mais est-ce un crime ? un crime politique ? un crime de la pensée ? Le mieux est de vous faire votre propre idée en lisant le programme politique publié par Academia Christiana en 2022 (peut-être monsieur Darmanin eut-il été inspiré de le faire avant de ruer dans les brancards…).

« Un peuple sûr de son passé et de son identité sera d’autant plus capable d’accueillir sur son sol une immigration raisonnablement contrôlée à condition que cette identité assumée constitue un cadre solide pour l’étranger de bonne volonté. »

Victor Aubert, chapitre « Mémoire et identité », p. 125.

Victor Aubert, Thibaud Gibelin, Guillaume Travers, Anne Trewby, Guillaume Bernard, Jean-Yves Le Gallou, Dr Michel Pareti, Anne Brassié, Programme politique d’une génération dans l’orage, Éditions de la Nouvelle Librairie, 2022, 150 p.

Ab hinc… 365

« Le PIB [Produit Intérieur Brut, mesure la valeurs des biens et services produits dans un pays sur une année – NDR] ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaieté de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. Il ne dit rien de notre sens de la compassion ou du dévouement envers notre pays. Le PIB mesure tout sauf ce qui rend la vie digne d’être vécue. » – Robert Kennedy

On achève bien la culture – Pierre Jourde

Recueil de chroniques parues sur le blogue « Confiture de culture » hébergé par L’Obs, et dans Marianne pour deux d’entre elles. Pierre Jourde, gentilhomme de gauche (espèce en voie d’extinction en France), croque avec ironie, humour, un soupçon de provocation et une belle érudition les dérives du « milieu » culturel (médias, écrivains, universités…) et lève le rideau sur un véritable renversement des valeurs. À lire et faire lire, surtout à vos amis de gauche.

« Aujourd’hui, un artiste ou un écrivain est, nécessairement, un rebelle, un marginal, un irréductible, dont la fonction est avant tout d’ « interroger » et de « déranger ». […]

Le fait que la mythologie du rebelle soit devenue l’imagerie dominante est en soi une contradiction. Ce n’est pas un discours tenu en marge, par des marginaux, pour des marginaux. Tout le monde est censé être rebelle, toute création est forcément une remise en question. »

« Une maladie infantile de la pensée », in Pierre Jourde, On achève bien la culture, « Chez Naulleau », éditions Léo Scheer, 2023.

La Cuisine des contrées imaginaires – Alberto Manguel

Alberto Manguel s’est fait connaître en publiant avec Gianni Guadalupi un érudit et bovarysant Dictionnaire des lieux imaginaires, puis a poursuivi sa carrière d’essayiste consacrée aux livres, à la lecture, aux images et à l’imagination en passant par les bibliothèques, bref, à la magie de l’univers imprimé. Le voici de retour, gastronome, avec La Cuisine des contrées imaginaires, étonnant recueil de recettes puisées au fil de sa dantesque mémoire littéraire, de son immense bibliothèque (30 000 livres, selon Le Devoir) et de sa gourmandise.

Photo : Alain Jocard Agence France-Presse. Alberto Manguel dans sa bibliothèque du Sud de la France, in Caroline Montpetit, « Que faire avec les 30 000 livres d’Alberto Manguel », 8/12/2015, www.ledevoir.com, consulté le 18/02/2024.

Avis aux bons vivants, l’ouvrage – dont Alberto Manguel a réalisé les illustrations et testé les recettes entrées / plats / desserts / coquetèles – est fine gueule et ouvre l’appétit de croquer autant que de lire. Une manière originale de s’aventurer en littérature ; une façon littéraire de revisiter la gastronomie…

Pour vous allécher les babines, que je sens frémissantes et humides de salive, voici un menu composé sous les mânes mangueliennes : après un « cocktail au sang frais » directement inspiré du Dracula de Bram Stoker en apéritif, dégustons des « crevettes Nautilus » selon la recette du capitaine Nemo, avant d’enchaîner sur un « mijoté de poisson Atlantide », cette île disparue décrite par Platon dans Timée et Critias, et visitée en son temps par Nemo et ses « invités » Aronnax, Conseil et Ned Land. Terminons en beauté avec les fameux « tétons amazoniens au sucre » dénichés dans les anonymes Voyages de sir John Mandeville, puis rinçons-nous le gosier et digérons avec le « nectar du soleil » tout droit sorti de La Flûte enchantée, de Mozart et Emanuel Schikaneder.

Bref, à table !

Philippe Rubempré

Alberto Manguel, La Cuisine des contrées imaginaires, Actes Sud, 2023, 173 p.

 Page 1 of 176  1  2  3  4  5 » ...  Last »