Journal d'un caféïnomane insomniaque
samedi juin 22nd 2024

Insider

Archives

Bye Bye Tristesse – Nataël / Béja

Lola d’Estressac est une jeune fille aristocrate ; elle a épousé Régis Lindon, plus âgé qu’elle, collaborateur efficace de son père, puisque lui ayant épargné la ruine. Ayant découvert que son mari la trompe, la fine Lola décide d’être de la partie, et imagine un stratagème lui permettant de se joindre aux ébats du couple adultérin. Bye Bye Tristesse est le récit par Lola de cette audace à son mari…

Le scénario en dentelle de Nataël est sublimé par le dessin gorgé de soleil et de chaleur méditerranéenne de Béja. Le lecteur devient le témoin d’une scène conjugale inédite, dont la douceur apparente se révèle puissamment érotique. À travers la confession de Lola, les auteurs questionnent l’amour, le désir, la découverte des sentiments, l’exploration du corps, la trahison, la déception, la famille et ses tabous… Le dessin de Béja est subtil, suggestif tout en étant impudique quand la situation l’exige. Bye Bye Tristesse, dont le titre fleure la littérature, offre au lecteur une belle évocation des affres de l’amour, en mariant avec bonheur dans une histoire singulière et troublante bande-dessinée, érotisme et poésie.

Philippe Rubempré

Nataël, Béja, Bye Bye Tristesse, 12BIS, 2012, 48 p.

Lecture mai

  1. Junk Story – Oh ! Great
  2. Le Bibliothécaire – Larry Beinhart
  3. Magenta détective dépravée – Celestino Pes & Nik Guerra
  4. Alan Ford #1 Le Clan Dynamite – Magnus & Bunker
  5. Alan Ford #3 La Maison des Fantômes – Magnus & Bunker
  6. L’Hydre jamais ne meurt – Antoine Zwicky
  7. Riposte – Louisa Reid
  8. Cité de verre – Paul Auster
  9. Tout le monde déteste Louise – Annelise Heurtier
  10. Revenants – Paul Auster
  11. Le goût des bibliothèques – Textes choisis et présentés par Laurence Biava
  12. SAS #165 Le dossier K. – Gérard de Villiers
  13. La Chambre dérobée – Paul Auster
  14. Ultima Necat V Journal intime 1994-1995 – Philippe Muray
  15. Paradise Island – Lu Ping & Teufel
  16. Arthur et Janet À fleur de peaux – Cornette & Karo
  17. Robinsonne La Naufragée – Éric Maltaite
  18. Attention femmes – Alex Varenne
  19. Transports fripons – Collectif
  20. Le Parfum des fleurs la nuit – Leïla Slimani

Ab hinc… 375

Paul-Louis Courier, par Ary Scheffer (Wikipedia)

« Ce que l’État encourage dépérit, ce qu’il protège meurt. » – Paul-Louis Courier

À l’encre du néant – Rémi Tell

Recueil de chroniques des années 2022-2023 d’un jeune essayiste singulier, courtois et pertinent. Sans partager, loin s’en faut, l’ensemble de ses positions, force nous est de constater que Rémi Tell donne à réfléchir et le fait dans un français impeccable, vierge du sabir journaleux omniprésent de nos tristes jours.

« On me reprochera d’appeler encore à un mouvement de réaction. En somme, d’être à nouveau « anti » quelque chose. C’est vrai, et cela me désespère. Mais il en va ainsi de l’ère où la marche technique oriente toute l’organisation collective. […] Il ne s’agit pas de technophobie de principe, qui n’aurait guère plus de sens que la technophilie béate. Mais du constat, documenté par le passé, que face à un champ ambivalent de possibles, l’Occident ne sait plus rester sage. »

op. cit., p. 74.

Rémi Tell, À l’encre du néant, Éditions du Verbe Haut, avril 2024, 122 p.

Lectures avril

  1. Sous le soleil de Satan – Georges Bernanos
  2. Omegatown Tome 1 – Marc Obregon
  3. La Jeune Filles aux camélias – Suheiro Maruo
  4. Hot Moms ! – Rebecca
  5. Hessa #1 L’Europe explose – Nevio Zeccara
  6. Le république des copains et autres chroniques – Olivier Maulin
  7. Hessa #2 Berlin, ordre de tuer – Nevio Zeccara
  8. Sommes-nous ce que nous lisons ? – George Orwell
  9. Le Miracle de Théophile – Jérémie Delsart
  10. L’Internat féminin et autres contes coquins – Magnus
  11. L’Horreur d’été – Humphrey Paucard
  12. Le Voyant d’Étampes – Abel Quentin
 Page 2 of 181 « 1  2  3  4  5 » ...  Last »