Journal d'un caféïnomane insomniaque
mercredi novembre 21st 2018

Insider

Archives

100 plus beaux musées du monde – Ed. Gründ

Intituler son livre les 100 plus beaux musées du monde et ne pas y faire figurer le Getty Center de Los Angeles… ça décrédibilise dès le départ ! Ami amateur d’art, tu n’apprendras pas grand chose, voire rien du tout, en découvrant ce livre.

Comme son titre l’indique, c’est un tour du monde des musées, avec pour chacun une courte notice résumant son origine, son histoire et citant les principales oeuvres exposées. Très intéressant si vous souhaitez vous adonner au tourisme culturel.

Je reproche à ce bouquin (beau bouquin, soyons honnête) d’être un coup d’éditeur, un piège à touriste, certainement publié en amont de quelque fête à cadeaux. D’ailleurs, difficile de savoir qui sont les rédacteurs du comité éditorial. Sont-ce des historiens d’art ? des muséographes ? des journalistes ? des rédacteurs à la sauce verte Michelin ? Nous connaissons le nom du traducteur, c’est déjà ça.

Je ne suis pas là pour faire la pute, ni pour descendre le bouquin, et si je vous en parle, c’est que j’ai pris un certain plaisir (voire un plaisir certain) à le lire. Ça se lit comme une bande-dessinée. Les notices, pour être légères, n’en sont pas moins relativement bien rédigées, d’accès facile (ce qui semble logique dans un ouvrage de vulgarisation).

La très grande qualité de cet ouvrage reste la reproduction des oeuvres. Il a été fait le choix très judicieux de ne pas chercher à reproduire un maximum d’oeuvres et de préférence les plus connues. Au contraire, les oeuvres reproduites ont été soigneusement choisies ; elles sont représentatives de l’âme des musées visités, et la « célébrité » des oeuvres montrées a laissé la place à la qualité des oeuvres in situ. Enfin, et j’en termine là, c’est un vrai plaisir d’admirer la qualité des reproductions et de l’impression.

Un livre de vulgarisation, léger sur le fond, insuffisant voire inexistant en art, mais plaisant tout de même car de lecture aisée, divertissante et grâce à une iconographie judicieuse et de grande qualité.

JANUS – t1 : La compagnie des ombres

Dessin : Régis VAN WINSEN – Scénario : Virginie CADY – Couleur : Abel ORAIN

Pauvre Léopold de Gygès ! Quel mal lui a pris de participer à une séance de spiritisme chez la mystérieuse comtesse Sokorowska ! Le voilà affublé d’un fantomatique et renaissant alter ego… bien trop agité à son goût ! Bondissant, bagarreur et coureur, infatigable avec ça!

De quoi dynamiter le paisible quotidien tendance bridge et mondanités d’un noble parisien de la Belle Époque. Jusqu’au jour où… Gygès apprend que ce double fantomatique est le fruit d’un appel de l’énigmatique comtesse. Pourquoi ? Léopold en acceptera-t-il les enjeux? Aura-t-il le choix ?

Et voilà une plaisante aventure qui démarre en trombe dans le Paris de la Belle Époque, sublimé par les dessins de Régis van Winsen et les couleurs d’Orain (je pourrais rester indéfiniment devant certaines cases dont le dessin et l’ambiance me font péter la machine à bovaryser). Le scénario est extrêmement bien ficelé, les dialogues pleins d’humour.

Un tome à ce jour (sauf erreur de ma part), paru chez Nuclea, maison qui requiescat in pace (sauf erreur 2 de ma part). En espérant qu’un éditeur avisé se risque pour notre bonheur à publier la suite des aventures de Gygès…

(Et Janus dans tout ça, me direz-vous ? Lisez le tome 1 et priez pour la suite…)


Kaputt – Curzio MALAPARTE

Malaparte, après quelques ennuis avec les autorités fascistes, fut officier italien sur différents fronts à l’Est, pendant la dernière Guerre mondiale. Détaché auprès des Allemands. Kaputt, c’est le récit de sa guerre.

Ce qui frappe ce sont les odeurs. Elles sont âpres, elles décantent de putréfaction et de poudre. Malaparte écrit beaucoup sur les odeurs, et les odeurs vous prennent à la gorge. Inextricablement vissées à votre larynx. Suffocantes.

Pourtant j’ai le sentiment que Malaparte narre son expérience comme une maman raconte une histoire à son gamin pour l’endormir. Je veux dire dans la manière, pas sur le fond. Et l’horreur de ce qui est raconté n’en est que plus dérangeante. Terrible comme un coup de massue asséné par traitrise.

Malaparte raconte sa guerre, telle qu’il l’a vécue. Elle est omniprésente et quelque part, il n’en est jamais question.Tous les personnages (historiques) croisés sont ambigus (parce que dans la vie le manichéisme n’est qu’une théorie). La sensation de dégoût profond et d’horreur n’en est que plus forte (je pense au GeneralGouverneur de Pologne Franck).

Bref, je ne m’étends pas. D’autres ont décortiqué, étudié, analysé l’oeuvre de Curzio Malaparte mieux que moi. Mais cette oeuvre me marquera à jamais, et je tenais à en partager les raisons.

Comme un roman – Daniel PENNAC

Comme un roman, justement car ce n’en est pas un, de roman. Ou peut-être que si, finalement… Ce cher Pennac semble destiner son livre aux parents et aux enseignants déconfits devant l’absence de goût de leurs enfants/élèves pour la lecture et le livre. Il a raison, en un sens, il a raison. Et d’un autre côté, ce n’est pas suffisant, mon cher Pennac – vous me pardonnerez cette familiarité, mais votre texte vous vaut rang d’ami quand bien même jamais je ne vous ai rencontré.

C’est aux enfants que je recommande ce livre, aux ados, à ceux qui ont peur de lire, ceux qui ne s’en sentent pas capables, pas à la hauteur, bref, à ceux qui croient ne pas aimer lire. Il faut leur dire leur droit de ne pas lire, de picorer, de stopper un bouquin avant la fin parce que… et puis merde, y a pas à se justifier, à la fin !

La lecture, si elle n’est pas le fruit d’une envie, est contreproductive : elle ne distrait pas, n’instruit pas, ne cultive pas. Elle emmerde !

Pennac a écrit un texte comme un roman pour que jamais plus la lecture ne soit emmerdante. Pour ça, il devrait avoir le Nobel. Pour ça, je vous invite chaleureusement à le lire !

Le dernier voyage du Biliken – Luce FILLOL

Enfin un bon vieux « Signe de piste » ! Je crois que j’en avais pas lu depuis mon adolescence. Ça a toujours ce bon petit goût que d’aucuns jugeront suranné d’aventure, de protection du faible par le fort, de courage et d’honnêteté. Trop boy-scout ou chevalier blanc vous diront les aigris de la modernité littéraire… Et alors ? Le plaisir est là ; la machine à bovaryser tourne plein pot !

Le Biliken : navire qui assure la liaison commerciale Valparaiso, Chile > Saint-Malo, France, avec sa cargaison de nitrates, et exceptionnellement deux passagers, un père et sa fille. Les incidents se multiplient avant le départ et pendant le voyage. Le vieux cap-hornier souffre, mais survivra-t-il ? Qui s’acharne(nt) à pourrir la traversée ? Et pourquoi ?

Comme un gosse, vous êtes happé dès les premières lignes. C’est comme la découverte, enfant, d’une aventure de Tintin ou de Bob Morane ; ça a la magie d’un Jules Verne sans en avoir l’aspect scientifique…

Bref, pour tous les ados avides d’aventure (au sens noble du terme) de 12 à 92 ans !

 Page 111 of 118  « First  ... « 109  110  111  112  113 » ...  Last »