Journal d'un caféïnomane insomniaque
dimanche février 25th 2018

Insider

Archives

Pyramides – S. Balland / D. Quella-Guyot

Paris 1820. Napoléon a cédé la place au débonnaire Louis XVIII depuis 5 années. L’immobilisme de la Restauration succède dans un mélange de soulagement et d’indifférence à la tornade révolutionnaire et à l’aventureuse période corse. C’est dans ce contexte qu’un cadavre est retrouvé au Père Lachaise, sur la tombe du savant Monge. Un cadavre grimé d’une manière rappelant les embaumeurs de Pharaon. L’enquête est confiée à l’inspecteur Nivôse Rochelle, béotien qualifié et dessinateur amateur, aidé de son adjoint aussi lettré que cynique et élitiste, malignement surnommé Vidoq.
Trilogie épique où la fureur bonapartiste se confronte aux mystères de l’Egypte ancienne, où chair et sang sont intimement liés, où la passion embrasse l’enquête de police, où la danse du ventre envoûte les êtres, et trouble les apparences…
Le scénario diablement momifié de Didier Quella-Guyot est généreusement incarné par le dessin chaud et séduisant de la non moins généreuse Sophie Balland. Une excitante invitation à rencontrer la belle nubienne Makeda à l’abri de quelque Moucharabieh…

Women – Charles Bukowski

Qu’est-ce qui fait courir Henry Chinaski, alter ego littéraire de Charles Bukowski ?

A lire la prose nerveuse, rythmée, crue parfois de Bukowski, la bière, la vodka et les femmes sautent aux yeux.

Et pourtant,Women ne se résume pas au journal d’un alcoolique polygame au pays du puritanisme. Chinaski boit ; Chinaski baise ; Chinaski fait l’amour. Seul un sentiment d’incompréhension, une misanthropie subie l’explique. Ce roman est un cri de détresse et un cri d’amour ; Bukowski balance à la face du monde sa soif d’amour, d’être aimé, et son amour, son amour des femmes, et au-delà, finalement, son amour de cette humanité imparfaite qu’il dépeint avec tant de couleurs, d’authenticité et d’arpèges…

Protégé : Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope – Georges Pichard

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Coney Island Baby – Nine Antico

J’ai adoré. Je dois cependant avouer que je ne sais pas bien comment aborder cette chronique. Peut-être le pitch reste-t-il encore la solution la plus simple, sans doute la meilleure…

Deux candidates au poste de playmate discutent avec Hugh Heffner (Hef pour les intimes) à la luxueuse playboy mansion. Retraçant le parcours de deux icônes, Betty Page et Linda Lovelace, Hef tente de faire prendre conscience aux deux ingénues des retombées possiblement négatives d’une carrière de playmate.

Ce roman graphique, graphite même – usage judicieux et esthétique du noir & blanc – est un véritable concerto pour un orchestre et deux solistes, alternant entre la playboy mansion, les années 1950 de Betty Page, et 1970 de Linda Lovelace. Bien que Nine Antico ne revendique pas le caractère biographique des deux icônes sexy, leurs parcours respectifs sont tout à fait crédibles, ce même en étant au fait de leur carrière.

Comment de jeune fille rangée et éduquée de la middle class américaine devient-on icône fétichiste – Betty Page – ou reine de la pornographie extrême – Linda Lovelace, devenue star avec sa fameuse technique de la « gorge profonde » et au film éponyme, passée depuis par la zoophilie et l’urophilie ? Comment ces deux dames basculeront-elles au soir de leur vie vers l’oubli, la pauvreté, le moralisme et la bigoterie, dans l’indifférence générale ?

A travers le récit du fondateur de Playboy, subissant la question de deux candidates à la couverture du célèbre magazine au lapin, Nine Antico retrace ces deux vies exceptionnelles (au sens propre du terme) ; deux parcours de femmes, relatés et mis en images par une femme, sans jugement de valeur.

Au lecteur de tirer les enseignements qu’il voudra bien en tirer… après avoir passé un vrai moment de bonheur bédéphile intense, parole de collectionneur !

Publié chez L'Association

Braise, de Laura DESPREIN

La prose est nerveuse. Singulière. Lexicale. Tantôt poétique. Parfois crue. Jamais Carmen.

Comment Braise deviendra-t-elle femme grâce à Feu, pervers pépère et impuissant ? Mettons de suite les choses au clair : ce roman est tout sauf l’histoire d’un dépucelage. Il est beaucoup plus profond. Entre cauchemars hérités de l’enfance, amour incontrôlé autant que périlleux et la vie d’une jeune fille lycéenne puis étudiante, Braise est un roman de la féminité, un roman sur la femme.

Un texte court et poignant, qui marquera les femmes probablement, mais aussi les hommes. Et s’il en faut une preuve, votre serviteur est là.

Editions Arlea - Coll. 1er Mille

 Page 112 of 113  « First  ... « 109  110  111  112  113 »