Journal d'un caféïnomane insomniaque
lundi janvier 21st 2019

Insider

Archives

La tétralogie du Monstre – Enki BILAL

3 personnages. 3 bébés nés à quelques jours d’intervalle, dans le même hôpital. 3 caractères à jamais liés par la ville de Sarajevo. 3 orphelins du conflit qui ravagea les Balkans et fit sauter comme une mine l’ex-Yougoslavie. 3 destins dans un monde futuriste, et pourtant tellement actuel, soumis au terrorisme nouvelle génération, l’Al-Qaïda 2.0, l’obscure Obscurantis Order du non moins obscur Optus Warhole. De la conception du crime contre l’humanité comme un art ultime.
Il est difficile d’appréhender l’œuvre d’Enki Bilal sans en dévoiler trop. C’est d’une plume de maître qu’il conte et dessine ces 3 destins de Sarajevo. Nike, Amir, Leyla. 3 facettes d’Enki Bilal? La tétralogie du Monstre ne brille pas par son optimisme. Le sommeil du monstre dort profondément en chacun de nous. Il suffit des circonstances pour en sonner le réveil… ou pas.
Œuvre littéraire et graphique, d’une humanité autant modeste que sincère, la tétralogie du Monstre est l’œuvre d’un être qui sait d’où il vient et qui a vécu dans sa chair la folie des hommes. Que cette folie se revendique d’une idéologie ou d’une religion ou quand bien même ne revendiquerait-elle que de sa folie propre.
Une œuvre à vivre.
ESSENTIELLE & EXISTENTIELLE.

T1 – Le sommeil du Monstre

T2 – 32 Décembre

T3 – Rendez-vous à Paris

T4 – Quatre ?

Protégé : Le Beaujolais nouveau est arrivé – René FALLET

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Histoire de France – SAN ANTONIO

Pour tous les réfractaires à l’histoire, tous les sportifs et les pragmatiques-qui-pensent-que-la-réussite-c-est-le-fric-et-rien-d-autre, voilà la meilleure initiation à l’histoire de notre France, cette longue et passionnante évolution qui permet aux sus-nommés de la parasiter en toute tranquillité.

De Vercingétorix à De Gaulle, le commissaire tringleur pose pour l’inénarrable Bérurier les jalons essentiels qui fondent notre contrat social. Outre la langue de Frédéric Dard – c’est une langue à part entière – l’ouvrage offre quelques pages précieuses, comme celles où le Gravos nous explique sa vision du Grand Paris, à faire pâlir de jalousie Bertrand Delanoë et Christian Blanc (qui ne manquerait pas d’avaler sa chique cubaine de travers).

Une lecture jouissive pour se culturer en se distraisant ! Je laisse le mot de la fin au commissaire San Frédéric Antonio Dard, qui constate avec justesse que qui que l’on soit, d’où que l’on vienne, quelque part,

NOUS SOMMES TOUS DES BÉRURIER !

Editions Fleuve Noir

La correction ou la confusion des sens – Philippe de SAXE, illustrations d’Alex VARENNE

Un ouvrage bien troublant… Tout d’abord par son écriture. Cela saute aux yeux et interpelle dès la première page. Alternance de paragraphes en capitales d’imprimerie et de paragraphes en italique. Deux écritures, deux polices, deux narrateurs, trois lectures…

Un homme lit ce qu’on pourrait qualifier de « journal intime ». Ecrit par une ancienne compagne, l’homme en rédige un commentaire au fur et à mesure. D’où les deux écritures, les deux polices, les deux narrateurs, les trois lectures… Au choix du lecteur le journal intime de la femme, les commentaires de l’homme ou le dialogue entre les deux. Mon choix fut la troisième option. Il serait intéressant certainement de réécrire cette chronique après avoir exploré chacune des deux autres directions…

Le texte est très bien écrit, il ne correspond pas aux poncifs de la littérature érotique (celle dont on dit qu’elle se lit à une main, de préférence la gauche) ni par la qualité de sa syntaxe, ni par la recherche et le niveau du vocabulaire. La lecture offre une réelle cohérence pour chacune des plumes s’exprimant dans ce roman, et le dialogue s’instaurant entre les deux protagonistes par encre interposée n’en prend que plus de piquant. Au fil des pages se construit petit à petit la relation entre ses deux êtres que rien ne lie hormis le désir et la passion physique. Le roman s’engage dans une véritable fuite en avant, entrainant son lecteur dans une fascination / répulsion face au caractère exponentiel de la relation sexuelle et physique qui unit cette femme et cet homme. Plongée dans un univers sadomasochiste, mais à la manière d’un roman d’initiation, tel que l’on peut l’entendre pour des romans destinés à éduquer (ici les adultes, cela va sans dire). Le malaise transpire dans le titre, La correction ou la confusion des sens. Le lecteur est placé à la fois en voyeur qui découvre l’échange existant au sein de ce couple à travers leur dialogue et les illustrations d’Alex Varenne – d’un noir & blanc bienvenu – mais aussi quelque part en acteur malgré lui de cette relation, car  lisant ces carnets intimes, il lit « je ».

Le talent de Varenne suggère quelques instantanés de cette relation trouble. Son trait, ou plus exactement, l’ambiance générale résultant à la fois du trait et du traitement N&B, rappelle une ambiance berlinoise des années 1920, entre esthétisme, fétichisme et érotisme.

Un ouvrage bien troublant…

Le goût du péché – ESPARBEC

Esparbec. Illustre nom parmi les amateurs d’érotisme, quoique l’auteur se revendique pornographe. Et moi qui ne suis encore rien, j’ose le contester. A ce niveau de langage et avec cette qualité d’écriture, il ne saurait à mon sens être question de pornographie.

Papa est rentré à Paris, pour ses affaires. Nellie et Maman restées en Normandie, villégiature à l’hôtel. Pas drôle quand le ciel est si bas qu’il suffit de lever la main pour touche l’éternité… Et voilà le récit croisé – joliment narré par l’ingénue Nellie – de la découverte de la vie par une gente demoiselle, aux prises par ailleurs avec la débauche – j’emploie le terme à dessein pour décourager les bigots de lire cet ouvrage et prévenir leur tentation de le faire interdire – de sa mère, Meg.

Lecture à une main par excellence, qu’on soit Femme ou homme, le roman n’en est pas moins d’un style remarquable, et la vulgarité comme la grossièreté en sont absentes. Amis branleurs, là encore, passez votre chemin et retournez chez Dorcel.

Une détente pour adulte tout à fait agréable, la qualité littéraire n’enlevant rien au plaisir de l’érotomane.

Editions La Musardine

 Page 115 of 119  « First  ... « 113  114  115  116  117 » ...  Last »