Journal d'un caféïnomane insomniaque
samedi juin 22nd 2024

Insider

Archives

Ab hinc… 368

« Nous aimons les nègres intelligents, les Juifs intelligents, les Picards intelligents, etc, bref, l’homme intelligent. Nous chions sur le reste. » – Michel-Georges Micberth, La Lettre, 1986 (cité in Livr’arbitres, #44, décembre 2023).

Ab hinc… 367

« L’art est aristocratique jusqu’à la moelle des os. C’est un prince de sang. Il est négation de l’égalité, culte de la supériorité. » – Witold Gombrowicz

Lectures février

  1. Les Hérétiques – Saint-Loup
  2. Les Nostalgiques – Saint-Loup
  3. Notre-Dame des Silences – Rodolphe & Serrano
  4. La Gauche ou le monopole de la violence de 1789 à nos jours – Thierry Bouclier
  5. Krän #3 Gare aux garous – Éric Herenguel
  6. Gazoline et la Planète rouge – Jano
  7. L’Encyclopédie de Krän – Éric Herenguel, Benoît Clerc
  8. Jehanne. La Sève et le Sang – Paul Gillon
  9. Femmes fatales – Max & Mique Beltran
  10. Bernard Lermite Plus lourd que l’air – Martin Veyron
  11. Refaire un peuple. Pour un populisme radical – Julien Langella
  12. Le jour des Magiciens #1 Anja – La Neve & Nizzoli
  13. Le jour des Magiciens #2 Drazen – La Neve & Nizzoli
  14. Le jour des Magiciens #3 Lancaster – La Neve & Nizzoli
  15. Le jour des Magiciens #4 Tanaka – La Neve & Nizzoli
  16. Le Boche #1 L’enfant de paille – Stalner & Bardet
  17. Le Boche #2 Zigzags – Stalner & Bardet
  18. Le Boche #3 Entre la chair et l’os – Stalner & Bardet
  19. La Voyageuse de la petite ceinture – Pierre Christine & Annie Goetzinger
  20. Charlotte et Nancy – Pierre Christin & Annie Goetzinger
  21. L’Avenir perdu – Goetzinger, Jonsson, Knigge
  22. Le Sceptre et la Plume. Politique et littérature en France de Montaigne à François Mitterrand – Bruno de Cessole
  23. Le journal d’un manœuvre – Thierry Metz
  24. Mémoires du XXe Ciel 98 – Yslaire
  25. Imaginaire – Horacio Altuna
  26. Mea Culpa – Gaspard Proust
  27. Merdichesky – Trillo & Altuna
  28. Djinn #1 La favorite – Dufaux & Miralles
  29. Le chien debout. Une enquête de l’inspecteur Canardo – Sokal
  30. La Conjuration des imbéciles – John Kennedy Toole
  31. La Mort douce. Une enquête de l’inspecteur Canardo – Sokal
  32. Courir – Jean Echenoz
  33. Le Banquet des Soudards – Bernard Lugan
  34. Noces de brume. Une enquête de l’inspecteur Canardo – Sokal
  35. Et moi, et moi, et moi – Jacques Dutronc
  36. 100 dates de l’histoire de France qui ont fait l’histoire du monde – Dimitri Casali
  37. El Gaucho – Pratt / Manara
  38. China Girl – Rotundo

Prendre le maquis avec Ernst Jünger – Éric Werner

« La liberté existe toujours. Il suffit d’en payer le prix. »

Henry de Montherlant

Quand le navire est dans la tempête, il est naturel de chercher un capitaine solide, capable de dégager et de maintenir un cap, suffisamment engagé intellectuellement et physiquement pour que nous puissions lui accorder notre confiance (laquelle, rappelons-le, se mérite, mais en aucun cas ne se décrète). Toute la question est de (bien) choisir le capitaine…

Dans sa lecture de l’œuvre de Jünger – essentiellement Le Traité du Rebelle ou le recours aux forêts, Sur les Falaises de marbre et ses journaux de guerre –, Éric Werner formule le constat que d’une part, la signification des mots évolue avec le temps ; et d’autre part, que la masse, la foule, une large majorité des gens s’en remet à l’État comme capitaine, et qu’en dépit de ses imperfections, cela lui convient tout à fait.

Ainsi, Werner de constater que si la démocratie est, étymologiquement, le pouvoir du peuple, elle ne correspond plus, aujourd’hui, à cette définition. Certes, par le truchement des élections, le peuple détient toujours une part du pouvoir (en tout cas dans les démocraties occidentales), mais que représente cette part concrètement ? Pour paraphraser Staline, le peuple, combien de divisions ? Laurent Obertone fait remarquer dans son essai Game Over (Magnus, 2022) que la part du pouvoir du citoyen français correspond à 1/40 000 000 du résultat électoral, une voix parmi les voix des quelque quarante millions d’électeurs appelés aux urnes (48.7 millions d’électeurs inscrits pour l’élection présidentielle de 2022, selon les chiffres de l’INSEE)…

La question se pose d’autant plus que la technique, et plus encore les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), offrent à l’État les moyens d’un contrôle des populations sans précédent. Un nouveau potentiel totalitarisme que d’aucuns qualifient de liquide, d’autre de « totalitarisme sans le goulag » (Mathieu Bock-Côté). Éric Werner insiste sur le caractère nouveau de ce totalitarisme, qui ne se situe pas dans le prolongement des totalitarismes connus, que nous pourrions qualifier de coercitifs, assurément de tyranniques, tels que le fascisme et ses déclinaisons ou le communisme. Aujourd’hui, il s’agit d’une forme de totalitarisme plus subtile, sans apparence tyrannique, fruit d’une longue décantation : l’État a petit-à-petit sacrifié l’identité, la culture, le bien commun, la Tradition, l’héritage, la langue, la transmission, au profit du confort et de la consommation. Le tout, bien entendu, au nom de la liberté et des sacro-saints droits de l’individu-roi hérités d’un libéralisme exacerbé1. D’où une adhésion relativement massive des peuples (panem et circenses, se moquait en son temps Juvénal) à une démocratie qui n’est plus qu’une « coquille vide » (Malika Sorel-Sutter) : si, sur le papier, le peuple conserve le pouvoir par le vote, dans les faits, il ne l’exerce plus ; le résultat des élections ne modifie pas substantiellement sa destinée (d’où les soubresauts récents en France avec les Bonnets rouges, les Gilets jaunes, les Soulèvements de la Terre ou la crise agricole actuelle). Force est de le constater, avec regret pour ce qui me concerne, mais en 2024, démocratie ne rime plus avec liberté.

La liberté, justement, Éric Werner propose de la (re)conquérir à la lumière de l’écrivain allemand Ernst Jünger. Aussi a-t-il sous-titré son essai « La liberté à l’ère de l’État total ». État total rendu possible par le double phénomène de diabolisation de la culture et du potentiel infini de contrôle permis par les NTIC. Éric Werner ne prône pas plus l’insurrection que le repli sur soi. Simplement, il constate sous les auspices de Jünger que l’individu libre est à lui-même sa propre norme, et se doit pour rester libre de donner le moins prise possible à un État de plus en plus envahissant, de rester en dehors, d’échapper au système en place autant que faire se peut. Le recours aux forêts de Jünger qui permet de vivre libre dans un univers hostile. Comme toute forme de résistance, cette volonté de garder le contrôle sur sa vie est dangereuse – même si le dissident aujourd’hui ne risque plus le peloton dans nos contrées, le système peut tout de même lui rendre la vie très compliquée, ainsi que le démontre factuellement le dossier du numéro 206 d’Éléments (février-mars 2024) consacré, sous un titre volontairement provocateur et racoleur, à « la dictature en marche ».

Éric Werner démontre ainsi au fil de son court et brillant essai qu’il est toujours possible de tirer son épingle du jeu et de tout faire pour rester libre (donc fondamentalement en état d’insécurité et de danger permanent, car comme le rappelle justement Ernst Jünger dans son Traité du Rebelle, « tout confort se paie. La condition d’animal domestique entraîne celle de bête de boucherie ».). Face à un État devenu un automatisme autosuffisant, élargissant sans fin apparente sa toile d’araignée à un nombre toujours plus important de domaines de la vie comme d’individus, il reste possible de se bâtir sa « citadelle intérieure ».

« La forêt, nous dit Jünger, est le « lieu de la liberté ». Avoir recours aux forêts est donc un acte de liberté. C’est la liberté en acte. […] la défense de la liberté est ce qui motive notre démarche. Nous cherchons à la défendre quand nous estimons qu’elle est en danger. »

Éric Werner, Prendre le maquis avec Ernst Jünger, p.108.

Voilà, selon ses propres mots, l’objectif de Werner avec son essai. Il ne tient qu’à chacun de prendre conscience de la situation, et de faire ses choix en adulte et en connaissance de cause.

***

Dans son essai, Éric Werner insiste sur l’importance des livres et l’épée de Damoclès qui les menace. Concluons donc cette chronique par quelques orientations bibliographiques (outre la lecture de Werner et de Jünger, cela va de soi), évidemment non-exhaustives, et reflétant d’abord notre goût. Puissent-elles vous inspirer la passion de la liberté !

BERTIN, Salsa, Vivre autonome. Le survivalisme à la française, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2023.

BOUSQUET, François, Courage ! Manuel de guérilla culturelle, Éditions de la Nouvelle Librairie, 2019.

COTTA, Alain, La Domestication de l’humain, Fayard, 2015.

DELLISSE, Luc, Libre comme Robinson. Petit traité de vie privée, Les Impressions Nouvelles, 2019.

FRANCESCHI, Patrice, Éthique du samouraï moderne. Petit manuel de combat pour temps de désarroi, Grasset, 2019.

OBERTONE, Laurent, La France Big Brother, Ring, 2014.

OBERTONE, Laurent, Éloge de la force. Renverser l’histoire, Ring, 2020.

OBERTONE, Laurent, Game Over. La révolution antipolitique, Magnus, 2022.

SAN GIORGIO, Piero, Survivre à l’effondrement économique, Cultures et Racines, 2020.

VENNER, Dominique, Un samouraï d’Occident. Le Bréviaire des insoumis, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, 2013.

Philippe Rubempré

Éric Werner, Prendre le maquis avec Ernst Jünger. La liberté à l’ère de l’État total, éditions La Nouvelle Librairie, octobre 2023, 115 p.

1Cf LANGELLA, Julien, Refaire un peuple. Pour un populisme radical, Éditions La Nouvelle Librairie, 2021, notamment sa critique stimulante et fouillée du libéralisme dans sa globalité.

Inclure – Dénis Cieslik

Que serait une France inclusive présidée par Rokhaya Diallo ? Voilà ce qu’imagine le Zemmour – compatible Dénis Cieslik dans un roman d’anticipation mi-figue, mi-raisin… Le wokisme, un totalitarisme comme un autre ?

« La police vint en début d’après-midi dans son service, accompagnée du directeur de l’hôpital. Théophile ne fut pas surpris de trouver les forces de l’ordre dans les couloirs, les patients violents n’étaient pas rares. […] Il lui parut soudain que c’est vers lui que ce beau monde s’avançait. […] « Docteur Liviu, nous sommes le 16 mars 2060, il est 14h32, vous êtes, à compter de cette heure, en garde à vue pour brunophobie aggravée. Vous avez le droit de garder le silence, de consulter une avocate ou un avocat, une médecin ou un médecin et d’interpeler à tout moment la ou le juge du Respect de l’Inclusion si vous en sentiez le besoin. » »

Extrait du chapitre II.

Dénis Cieslik, Inclure, préface de Philippe de Villiers, Magnus, 2023, 212 p.

 Page 5 of 181  « First  ... « 3  4  5  6  7 » ...  Last »