Journal d'un caféïnomane insomniaque
jeudi septembre 21st 2017

Insider

Archives

Ab hinc… 256

expressions pervers« Rien, il n’y a plus rien, les mots s’enfuient

Je ne rattrape plus les étoiles dans la nuit

Les pages restent vides sans mon ennui

La lassitude a tué mes envies

Je meurs, je vais m’écraser sur le sol

Et mourir simplement, comme un homme

Il aura été bien inutile, mon vol

Comme une vie noyée dans du rhum

Tout est éphémère c’est la grande loi

Rien n’y résiste, pas même les rois

La plus grande poésie est un souffle

Que l’oiseau transporte quand il souffre. »

Pont de Veyle, Expressions pervers

Ab hinc… 255

ab-hinc-rubempre003    « Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l’autre, c’est être capable de dialoguer, c’est le seul moyen d’endiguer la violence effrayante qui monte autour de nous. La parole est le rempart contre la bestialité. Quand on ne sait pas, quand on ne peut pas s’exprimer, quand on ne manie que de vagues approximations, comme beaucoup de jeunes de nos jours, quand la parole n’est pas suffisante pour être entendue, pas assez élaborée parce que la pensée est confuse et embrouillée, il ne reste que les poings, les coups, la violence fruste, stupide, aveugle. » – Jacqueline de Romilly

Ab hinc… 254

verrewhisky    « Vous défiliez, les poings serrés, levés. J’allais au café. Je vous regardais traîner des pieds sous les banderoles, d’un pas lourd (la théorie n’incite guère au sprint). Des 10/18 amochés dépassait de la poche de vos duffle-coats. Vous aviez lu Marx, Lénine, Marcuse, ces noms qui ne disent plus grand-chose à personne. J’avais autre chose à faire. Je préférais boire à votre santé un whisky tassé, sans glace pour une fois, fidèlement, à l’écossaise. Vous en auriez eu bien besoin. Vous vous y êtes mis, depuis, avec un métro de retard, comme toujours. Pour nous, le whisky était le supplément indispensable, un accessoire de la panoplie, un cadeau qui n’attendait pas Noël. C’était un truc, nous en parlions tout le temps. Le whisky était la pour la couleur, le clin d’oeil. C’était presque de la récitation, un morceau d’anthologie. Chez quel auteur suis-je quand je trempe mes lèvres délicates dans ce verre où tintent les glaçons ? Frank ? Fitzgerald ? Drieu ? Blondin ? On était entre nous, de la bonne compagnie, du personnel choisi, trié sur le volet, d’un commerce exquis, stylé. Ce liquide ambré convenait aux intérieurs l’hiver, aux feux de cheminée, aux rues tranquilles du VIIe arrondissement où il ne se passe jamais rien – le VIIe, c’est le dimanche des arrondissements. » – Eric Neuhoff, Un Triomphe.

Lectures avril

dsc00265

  1.  Vladivostok. Neiges et moussons – Cédric Gras
  2. Brassens, l’ami – Mario Poletti
  3. Lettres de l’Atlantide – Robert Silverberg
  4. Oh Giovanna ! – Giovanna Casotto
  5. Giovanna Si ! – Giovanna Casotto
  6. Histoire de Rome –  Theodor Mommsen
  7. Julip – Jim Harrison
  8. Poèmes saturniens – Paul Verlaine
  9. Les onze mille verges – Guillaume Apollinaire
  10. De l’urgence d’être conservateur –  Roger Scruton
  11. La tragédie du Viking – Georges Tiffany
  12. Les exploits d’un jeune don juan – Apollinaire/Pichard
  13. Sophisticated ladies – Paula Meadows
  14. Fêtes galantes – Paul Verlaine

 

Ab hinc… 253

ab-hinc-rubempre003    « La souveraineté nationale est une condition préalable à la démocratie. Et la démocratie nationale implique le droit de déterminer qui réside à l’intérieur des frontières nationales, qui contrôle les biens de la nation et qui peut prétendre aux avantages de la citoyenneté. Elle présuppose un « nous » d’où commencent nos relations, et dont les intérêts sont servis par ces relations. Les traités entre États souverains n’impliquent pas une perte d’autonomie, pas plus qu’un contrat entre individus n’implique une perte de liberté. Au contraire, le contrat et le traité sont tous deux des expressions de la souveraineté, et l’axiome selon lequel pacta servanda (les contrats doivent être respectés) est (…) une loi qui exprime la liberté de ceux qui sont liés par elle. » – Roger Scruton, De l’urgence d’être conservateur, trad. Laetitia Strauch-Bonart, L’Artilleur, 2016

 Page 4 of 111  « First  ... « 2  3  4  5  6 » ...  Last »