Journal d'un caféïnomane insomniaque
mardi juin 2nd 2020

Insider

Archives

Introït

On n’écrit pas parce qu’on a quelque chose à dire mais parce qu’on a envie de dire quelque chose.

E.M. Cioran, Ébauches de vertige, 1979.

 

Lectures mai

  1. Le Capitaine Fracasse – Théophile Gautier
  2. Le Corsaire rouge – Fenimore Cooper
  3. Prisonniers de la jungle – Arthur Catherall
  4. Bouncer #4 La Vengeance du manchot – Boucq & Jodorowsky
  5. Bouncer #5 La Proie des louves – Boucq & Jodorowsky
  6. Les Passagers du vent #1 La fille sous la dunette – François Bourgeon
  7. Coeur des Ténèbres – Joseph Conrad
  8. Les Passagers du vent #2 Le ponton – François Bourgeon
  9. Les Passagers du vent #3 Le comptoir de Juda – François Bourgeon
  10. Les Passagers du vent #4 L’heure du serpent– François Bourgeon
  11. Le pays des géants couchés – Jim Cobbler
  12. La France Big Brother – Laurent Obertone
  13. La Mémoire du fleuve. L’Afrique aventureuse de Jean Michonnet – Christian Dedet
  14. Les Passagers du vent #5 Le Bois d’ébène – François Bourgeon
  15. La Bandera – Pierre Mac Orlan

Le Librairtaire de Proust de Jean-Luc Bansard

Jean-Luc Bansard est artisan de théâtre, metteur en scène et comédien. Il dirige le Théâtre du Tiroir des affabulations qu’il a créé en 1987. Merci à lui d’avoir accepté de répondre à notre questionnaire de Proust revisité.

La République des enfants du Dr Korczak, création 2019, mise en scène d’Étienne Guichard, avec Cécile Hays et Jean-Luc Bansard (photo).

Quel est pour vous le comble de la misère ?

Ne pas manger à sa faim comme 10,8% de la population dans le monde.

Où aimeriez-vous vivre ?

En voyage permanent, sans attaches même si je me sens bien là où je suis.

Votre idéal de bonheur terrestre ?

Il ressemble à l’harmonie qui se dégage musique de Bach : chacun reçoit selon besoin et chacun donne selon ses moyens…

Pour quelles fautes avez-vous le plus d’indulgence ?

Les fautes sincères, celles que l’on fait croyant bien faire…

Vos héros de roman favoris ?

Jean Valjean, Trigorine de Tchekhov, Hamlet.

Votre personnage historique favori ?

Si Personnage = personne entrée dans l’histoire : Louise MICHEL.

Vos héroïnes favorites dans la vie réelle ?

Les agricultrices et les ouvrières d’usine.

Vos peintres favoris ?

Jean Eric Fouchault, Brigitte Maurice et Van Gogh.

Votre musicien favori ?

Affiche de Claude Baillargeon pour Ulysse ou les chants du retour, création 2012, mise en scène JL Bansard.

Gould et Chopin.

Votre qualité préférée chez l’homme ?

La sincérité.

Votre qualité préférée chez la femme ?

La sincérité.

Votre vertu préférée ?

La douceur.

Votre occupation préférée ?

Marcher en montagne.

Qui auriez-vous aimé être ?

Un oiseau.

Le principal trait de votre caractère ?

La persévérance.

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ?

La fidélité.

Mon principal défaut ?

L’activisme.

Mon rêve de bonheur ?

Vivre en montagne près d’un cours d’eau en bonne compagnie.

Quel serait mon plus grand malheur ?

Celui d’avoir été abusé sexuellement dans mon enfance.

La couleur que je préfère ?

Le gris vert.

La fleur que j’aime ?

La pâquerette.

L’oiseau que je préfère ?

Le coucou.

Mes auteurs favoris en prose ?

Dostoievski.

Mes poètes préférés ?

Français : Rimbaud, Lydie Datas, Rictus.

Monde Arabe : DARWICH, AL MAGHROUT, Nazik Al MALAIKA.

Anglais : Oscar Wilde.

Inde : Taslima Nasreen et Rabindranath Tagore.

Japon : NANAO SAKAKI.

Un livre à conseiller ?

En ce moment, Raymond GUREME, Interdit aux nomades.

Un auteur à découvrir ?

BABOUILLEC, autrice autiste.

Un film ?

Demain.

Mes héros dans la vie réelle ?

Les agriculteurs et les ouvriers d’usine.

Mes héroïnes dans l’Histoire ?

Rosa Luxembourg, Louise Michel, Marie Curie.

Mes (pré)noms favoris ?

Léon et Clémentine.

Ce que je déteste par-dessus tout ?

La cigarette et la suffisance…

Caractères historiques que je méprise le plus ?

Hitler, Sharon, Pol Pot.

Le fait militaire que j’admire le plus ?

La non-violence de Ghandi.

La réforme que j’admire le plus ?

Le droit de vote des femmes et le droit à l’éducation des enfants.

Le don de la nature que je voudrais avoir ?

Celui de voler comme un oiseau… Ou celui de fleurir chaque printemps.

Comment j’aimerais mourir ?

Discrètement. S’isoler dans un endroit calme à l’écart du monde comme le faisait les indiens d’Amérique du Nord : se retirer dans la nature et se faire oublier du monde…

État présent de mon esprit ?

Sérénité pour vivre heureux et actif en attendant la mort.

Ma devise ?

Se prêter en souriant aux autres mais ne se donner qu’à soi même…

(Plus facile à dire qu’à faire… pour moi)

Un souhait pour l’avenir ?

Éradication de la faim dans le monde par le partage des richesses de la nature et du travail en abolissant le propriété des moyens de production!!!

Site internet : www.theatre-du-tiroir.com

Prochain spectacle :

Création juin 2020


Ab hinc… 278

Alexis de Toqueville, par Théodore Chassériau

« Nos contemporains sont travaillés par deux passions ennemies : ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et la souveraineté du peuple. Cela leur donne quelque relâche. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs. Chaque individu souffre qu’on l’attache, parce qu’il voit que ce n’est pas un homme ni une classe, mais le peuple lui-même, qui tient le bout de la chaîne. » – Alexis de Toqueville, Le despotisme démocratique.

Le Librairtaire de Proust de François Jonquères

François Jonquères est secrétaire-général du prix des Hussards, fondé en 2013 avec le regretté Christian Millau. Désespéré par la figure humaine désormais imposée à la littérature, il tente de lui redonner son côté divin, iconoclaste, en s’aventurant dans des genres oubliés (conte de fées : Voix de Fées), mal servis ou délaissés (nouvelles : Nouvelles de mes nuits) ou en abordant des thèmes à réaction épidermique (Robert B. sept nuances de gris ; La Révolution buissonnière). Bref, un mauvais sujet, qui ne manque pas d’air, mais aux intentions parfaitement louables.

« Le meilleur écrivain au monde en compagnie du plus mauvais. »

Merci à cet écrivain bien connu des lecteurs de ces pages d’avoir accepté de répondre à notre questionnaire.

Quel est pour vous le comble de la misère ?

Devoir renier sa liberté.

Où aimeriez-vous vivre ?

Sur une île battue par les flots et les vents, du côté de l’Ecosse ou de l’Irlande. Un maximum de confort est exigé cependant.

Votre idéal de bonheur terrestre ?

Croire que le meilleur est toujours à venir.

Pour quelles fautes avez-vous le plus d’indulgence ?

Les miennes.

Vos héros de roman favoris ?

Lawrence Darrell (Le fil du rasoir), François Sanders (Le Hussard bleu), Georges Saval (Les poneys sauvages) et le plus grand de tous, Athos, comte de la Fère.

Votre personnage historique favori ?

Winston Churchill. No sport.

Vos héroïnes favorites dans la vie réelle ?

Mères et grands-mères.

Vos peintres favoris ?

Turner et l’école flamande.

Votre musicien favori ?

Paul McCartney, pour les modernes ; Franz Liszt et Richard Wagner (on reste en famille), pour les anciens.

Votre qualité préférée chez l’homme ?

Le sens de l’honneur.

Votre qualité préférée chez la femme ?

La douceur.

Votre vertu préférée ?

L’honnêteté.

Votre occupation préférée ?

La lecture quand le livre est bon, le sommeil lorsque ses pages y invitent.

Qui auriez-vous aimé être ?

Antoine Blondin. Du coup, j’aurais bu moins de coups et écrit beaucoup.

Le principal trait de votre caractère ?

La diplomatie chèvre et chou.

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ?

Le non-conformisme.

Mon principal défaut ?

Un insupportable pessimisme clairvoyant.

Mon rêve de bonheur ?

Tomber dans un chaudron plein d’optimisme.

Quel serait mon plus grand malheur ?

Perdre la vue avant de perdre la vie.

La couleur que je préfère ?

Le bleu roi.  

La fleur que j’aime ?

La violette, forcément impériale.

L’oiseau que je préfère ?

Le pigeon quand il est préparé comme au Grand Véfour. Autrement, la buse, elle me rappelle mes contemporains.

Mes auteurs favoris en prose ?

Ernst Jünger, Hermann Hesse, Lawrence Durrell, Robert-Louis Stevenson et Oscar Wilde, pour l’étranger.

Michel Déon, Antoine Blondin, Jacques Laurent, Roger Nimier, Jean Giono, Marcel Aymé, Félicien Marceau pour les écrivains français.

Mes poètes préférés ?

Verlaine et Baudelaire.

Un livre à conseiller ?

Une lecture de confinement, Le Maître et Marguerite, de Boulgakov. C’est tordant et particulièrement endiablé !

Un auteur à découvrir ?

Philibert Humm, mais il doit encore se trouver lui-même.

Un film ?

Le bal des Vampires, al dente.

Mes héros dans la vie réelle ?

Les parents dévoués.

Mes héroïnes dans l’Histoire ?

Les courtisanes et maîtresses royales. La cuisse donne des ailes.

Mes (pré)noms favoris ?

Ceux qui renvoient à des Saints.

Ce que je déteste par-dessus tout ?

L’hypocrisie, valeur sûre de nos temps tristes.

Caractères historiques que je méprise le plus ?

Les traîtres et les faits de trahison, de manière générale.

Le fait militaire que j’admire le plus ?

Les charges héroïques type Balaklava.

La réforme que j’admire le plus ?

Les réformes que j’admire le plus ne seront jamais votées.

Le don de la nature que je voudrais avoir ?

L’ubiquité, si c’est bien un don de la nature. Imaginez, lire deux livres en même temps !

Comment j’aimerais mourir ?

Paisiblement, dans mon sommeil.

État présent de mon esprit ?

Eveillé et frondeur.

Ma devise ?

Empruntée au prix des Hussards : «Un coup d’épée, une porte qui claque et ne jamais se soumettre ».

Un souhait pour l’avenir ?

Répondre au même questionnaire pour les vingt, puis les trente, et, soyons fous, les quarante ans du Librairtaire ! L’évolution des réponses sera scrutée à la loupe.

Dernier ouvrage paru : Michel Déon, Éditions Nouvelles Lectures, collection Duetto.

Le Librairtaire de Proust de Thomas Morales

Thomas Morales

Thomas Morales est écrivain, chroniqueur, journaliste, bien connu des lecteurs de ces pages. Merci à lui d’avoir accepté de répondre à notre questionnaire de Proust revisité.

Quel est pour vous le comble de la misère?
Perdre la mémoire

Où aimeriez-vous vivre ?
Dans mon Berry natal, sur les bords de Loire, les vignes à portée de main

Votre idéal de bonheur terrestre ?
Posséder un break Volvo 245 de 1977 vert pomme ou couleur rouille

Pour quelles fautes avez-vous le plus d’indulgence ?
L’excès de confiance, la flamboyance, la forfanterie, les stigmates des losers magnifiques

Vos héros de roman favoris ?
Tous les personnages de Rabelais

Votre personnage historique favori ?
Vercingétorix et Jacques Chaban-Delmas

Vos héroïnes favorites dans la vie réelle ?
Les femmes du monde et les ouvrières à la chaîne

Vos peintres favoris ?
Fernand Léger, André Raffray et Chaval

Votre musicien favori ?
George Benson

Votre qualité préférée chez l’homme ?
L’impétuosité bougonne

Votre qualité préférée chez la femme ?
L’érotisme chaste

Votre vertu préférée ?
Le dandysme

Votre occupation préférée ?
Rouler en Vespa PX sur un tronçon intact de la Nationale 7

Qui auriez-vous aimé être ?
Jean-Paul Belmondo

Le principal trait de votre caractère ?
La lucidité comme arme de défense

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ?
Leur impertinence narquoise

Mon principal défaut ?
Ma pudeur provinciale

Mon rêve de bonheur ?
Vivre de sa plume à l’abri du tumulte

Quel serait mon plus grand malheur ?
Que mon épouse ne rit plus à mes pitreries

La couleur que je préfère ?
Blue Tangos

La fleur que j’aime ?
Je déteste les fleurs, seules les fougères m’agitent l’esprit

L’oiseau que je préfère ?
Le dodo

Mes auteurs favoris en prose ?
Albert Cossery, André Hardellet, Félicien Marceau, Alphonse Boudard, Léo Malet, Valery Larbaud, A.D.G, François Villon, Alexandre Vialatte, Paul Guimard et Roald Dahl

Mes poètes préférés ?
Henry Jean-Marie Levet et Jean-Claude Pirotte

Un livre à conseiller ?
« Paris-Berry » de Frédéric Berthet

Un auteur à découvrir ?

Georges Conchon à redécouvrir ainsi que Pierre Luccin sinon parmi les vivants, Yves Charnet

Un film ?
« Tendre Poulet » de Philippe de Broca

Mes héros dans la vie réelle ?
Les pilotes de rallye et Brigitte Bardot

Mes héroïnes dans l’Histoire ?
Les playmates des années 1950

Mes (pré)noms favoris ?
Nadia, Madeleine et Joss

Ce que je déteste par-dessus tout ?
Le mépris de classe

Caractères historiques que je méprise le plus ?
Ce mauvais goût pour les honneurs et les breloques

Le fait militaire que j’admire le plus ?
Les exploits de la Nueve, compagnie espagnole de la 2ème DB et de tous les pilotes du régiment Normandie-Niemen

La réforme que j’admire le plus ?
Conduire une 125 avec un permis B

Le don de la nature que je voudrais avoir ?
Servir à plus de 200 km/h avec une raquette de tennis en bois

Comment j’aimerais mourir ?
En buvant une bouteille de Pouilly et en mangeant un crottin de Chavignol

État présent de mon esprit ?
Goguenard et indécis

Ma devise ?

Ce qui tue les gens, c’est l’ambition (Albert Cossery)

Un souhait pour l’avenir ?
Liberté d’opinion, liberté d’écrire, liberté de glander

Dernier ouvrage paru : Un été chez Max Pécas, Pierre-Guillaume de Roux, 2019.

Page FB de Thomas Morales : http://fr-fr.facebook.com/pages/Thomas-Morales-Editions/204716756278545

 Page 1 of 132  1  2  3  4  5 » ...  Last »