Journal d'un caféïnomane insomniaque
lundi mai 27th 2024

Insider

Archives

Introït

On n’écrit pas parce qu’on a quelque chose à dire mais parce qu’on a envie de dire quelque chose.

E.M. Cioran, Ébauches de vertige, 1979.

 

Ab hinc… 375

Paul-Louis Courier, par Ary Scheffer (Wikipedia)

« Ce que l’État encourage dépérit, ce qu’il protège meurt. » – Paul-Louis Courier

À l’encre du néant – Rémi Tell

Recueil de chroniques des années 2022-2023 d’un jeune essayiste singulier, courtois et pertinent. Sans partager, loin s’en faut, l’ensemble de ses positions, force nous est de constater que Rémi Tell donne à réfléchir et le fait dans un français impeccable, vierge du sabir journaleux omniprésent de nos tristes jours.

« On me reprochera d’appeler encore à un mouvement de réaction. En somme, d’être à nouveau « anti » quelque chose. C’est vrai, et cela me désespère. Mais il en va ainsi de l’ère où la marche technique oriente toute l’organisation collective. […] Il ne s’agit pas de technophobie de principe, qui n’aurait guère plus de sens que la technophilie béate. Mais du constat, documenté par le passé, que face à un champ ambivalent de possibles, l’Occident ne sait plus rester sage. »

op. cit., p. 74.

Rémi Tell, À l’encre du néant, Éditions du Verbe Haut, avril 2024, 122 p.

Lectures avril

  1. Sous le soleil de Satan – Georges Bernanos
  2. Omegatown Tome 1 – Marc Obregon
  3. La Jeune Filles aux camélias – Suheiro Maruo
  4. Hot Moms ! – Rebecca
  5. Hessa #1 L’Europe explose – Nevio Zeccara
  6. Le république des copains et autres chroniques – Olivier Maulin
  7. Hessa #2 Berlin, ordre de tuer – Nevio Zeccara
  8. Sommes-nous ce que nous lisons ? – George Orwell
  9. Le Miracle de Théophile – Jérémie Delsart
  10. L’Internat féminin et autres contes coquins – Magnus
  11. L’Horreur d’été – Humphrey Paucard
  12. Le Voyant d’Étampes – Abel Quentin

Ab hinc… 374

« Je préfère un méchant intelligent et cultivé à un imbécile gentil. » – Arturo Perez-Reverte

La Société industrielle et son avenir – Theodore Kaczynski

Critique radicale de notre société techno-capitaliste et industrielle, à la fois pertinente et très perturbante. Difficile d’approuver l’auteur mais impossible de nier une grande lucidité et une intelligence hors du commun. Un miroir très éclairant et dérangeant sur notre devenir commun.

« 214 […] À long terme, le progressisme est incompatible avec la nature sauvage, la liberté humaine et l’élimination de la technologie moderne. Le progressisme est collectiviste ; il cherche à unifier le monde (la nature et l’espèce humaine). Cela suppose la gestion de la nature et de la vie humaine par une technologie développée, et nécessite donc une infrastructure avancée. […] Par-dessus tout, le progressiste est motivé par le besoin de pouvoir, et recherche le pouvoir sur une base collective, en s’identifiant à un mouvement de masse ou à une organisation. Il est peu probable que le progressiste renonce un jour à la technologie, car celle-ci apporte une source trop précieuse de pouvoir collectif. »

T. K, op. cit. p. 104.

Theodore Kaczynski, La Société industrielle et son avenir, Traduit et présenté par Rémi Tell, Éditions du Verbe Haut, 2023.

 Page 1 of 179  1  2  3  4  5 » ...  Last »